Le tourisme équitable en Russie

Le tourisme équitable en Russie

Le terme « tourisme équitable » a été inventé par Hector Tseballos Lascouria dans les années 80 du 20e siècle. En Russie l'idée des vacances pas nuisibles pour la nature et saines pour l'homme a été adoptée immédiatement – selon les raisons clairs.

Le terme a été utilisé pour la première fois par le bureau du tourisme international des jeunes « Spoutnik » de la commutée nationale d'Irkoutsk dans le plan du trajet touristique « Le chemin de fer du Baikal circulaire ». Dans ce cas l'adjectif « équitable » signifiait que le séjour des touristes sur ce trajet ne doit pas nuire le milieu visité, et les touristes, eux-mêmes, devaient plutôt étudier ce milieux que s'y reposer. Alors, le terme avait plutôt la valeur morale qu'écologique.

Aujourd'hui le tourisme, tout bref, c'est le voyage dans les endroit sauvages pas touchés par la civilisation.

Les buts de ce tourisme peuvent être divers. Par ce principe trois types de voyages équitables sont rédigés.

Le tourisme équitable scientifique dont le but essentiel est la recherche d'information, la diagnostique et l'analyse. Le temps dernier dans les voyages de ce type il y a plus de volontiers – les gens sans formation spéciale : ils cherchent des plantes rares, étudient la conduite des insectes et des animaux.

Un autre type est le tourisme équitable de perception. L'objectif principale de ce type de voyage est une observation amatrice des espèces les plus intéressantes et connues du milieu : une plante, un représentant de la faune, une grotte, un canon ou un lac. C'est le type du tourisme équitable le plus populaire.

Il existe encore le tourisme de loisir qui contient des voyages sportives : ski, alpinisme, les trajets en cheval et à pieds et tout simplement le repos dans la nature.

Ce voyage aide à oublier la vanité quotidienne de ville et comprendre comme c'est merveilleux de vivre sur la Terre.

La particularité distinctive du tourisme équitable est l'attention focalisée sur la préservation des ressources naturelles. Ainsi on espère que la population locale qui se bénéficie des touristes va être plus active dans l'amélioration et la préservation de la nature de leur milieu. Aussi que tous les côtés intéressés au voyage – comprenant les ménagers du tourisme, le gouvernement local, et bien sûr les touristes eux-mêmes.

De plus cela va augmenter le niveau de l'éducation écologique.

En effet le tourisme équitable est le seul type de tourisme dans lequel tous les participants sont sincèrement intéressés à la préservation de la nature – sa ressource essentielle.

Ainsi sous la notion le tourisme équitable on comprend les voyages privés dans la nature. Cependant au sens plus large du terme on peut y ajouter les expéditions scientifiques, les camps d'été des écoliers et des enfants. Même les voyages d'affaire en suivant quelques conditions peuvent y être ajoutées.

Ces conditions sont les suivantes :

l'un des principes essentiels est l'intention de réduire des conséquences nuisibles pour le système local écologique et socioécologique. De plus, l'un des buts devient l'assistance dans la protection de ce système avec ses particularités.

De plus l'intérêt matériel est un aspect considérable aussi bien que l'efficacité économique du tourisme qui assure le développement de la région.

Selon les sondages différentes le tourisme équitable compte 20 % du marché mondial et ce chiffre augmente. Avec la conscience des gens de toute la planète que si nous ne la soignons pas – personne ne le fera.

Le tourisme équitable en Russie est le secteur le plus perspectif. Cela est évident prenant en compte le taux énorme des parc de réserves du pays.

L'une des zones touristiques principales est le Baikal. Chaque jour y séjournent les représentants des pays divers pour admirer le plus profond lac du monde, le sixième du monde par la surface, la même que le territoire de la Belgique ou du Danemark.

S'assurer qu'il n'y a pas de nuages au-dessus de Baikal ou toucher les arbres qui ont commence a pousser dans le millénaire précédent.

Un autre centre du tourisme équitable est l'Altaï montagneux. On peut y observer le mode de vie socioculturel qui est ne il y a des centaines d'années et qui ne s'est presque pas modifie aujourd'hui. On y vient pour voire le lac Teletskoye apparu dans creux a la place du glacier ancien et route Tchuiski. Ici on peut voir le mont le plus haut de la Sibérie – La Belouha et le le centre de l'Asie – La Chambala du Nord.

Plusieurs touristes viennent en Carélie toute couverte des bois nommée « Les poumons de l'Europe ». En Carélie l'un des lacs les plus larges de l'Europe est situe – le lac Onegenskoye.

Chaque année ces endroits de la Russie sont visites par milliers de touristes de l'Allemagne, de la Finlande, Des États-Unis et De la Grande-Bretagne. Et on peut supposer que grâce aux programmes du gouvernement visés au développement du potentiel touristique des parc de réserves le nombre des touristes va augmenter.

lundi 19 janvier 2009