La Russie et l'Union Européenne examineront la suppression des visas pour les propriétaires des passeports de service

La Russie et l'Union Européenne examineront la suppression des visas pour les propriétaires des passeports de service

On examinera la question de la suppression des visas pour les possesseurs des passeports de service entre la Russie et l'Union Européenne en octobre pendant la rencontre des représentants du Ministère des Affaires intérieures et des Ministères de la Justice de la Russie et de l'Union Européenne, – communique le journal « Kommersant ».

Cette rencontre aura lieu en Chypre dans le cadre des séances du Conseil permanent du partenariat de la Fédération de Russie et de l'Union Européenne sur les questions de la sécurité et de la justice. La délégation russe sera présidée par le ministre de la justice Alexander Konovalov.

L'édition note que le travail sur le régime de visa est mené maintenant dans deux directions. Un d'eux – la réalisation des positions « Les pas communs » – de longue durée et moins sensationnelle – le travail sur ces pas, finalement, amènera à la suppression définitive des formalités de visa. La deuxième direction consiste en signature de l'accord sur la modification au contrat de 2006 sur la simplification du régime de visa. En particulier, l'amendement à cette loi, qui prévoit l'élargissement de la liste des candidats sur la réception des visas des multiples entrées pour une durée de cinq ans, la simplification des formalités de visa à la présentation réitérée et la suppression des visas pour les possesseurs des passeports de service.

On donne les passeports de service internationaux aux collaborateurs des représentations diplomatiques et des consulats de la Russie, aux militaires se trouvant à l'étranger en mission d'affaires, aux collaborateurs de l'appareil d'État et aux membres de leurs familles. Le journal « Kommersant » note qu'en Russie il y a de l'ordre de 15 mille possesseurs des passeports de service internationaux, il y a dans l'Union Européenne de tels citoyens de l'ordre de 20 mille. Un principal obstacle dans la signature des corrections – l'assurance de l'Union Européenne de ce que ces passeports de service en Russie sont reçus par les gens qui n’ont pas de droit les avoir. Et ce fait que l'Europe a l'intention de faire l'accent principal dans la libéralisation du régime de visa sur les représentants de la science, de la culture, des missions humanitaires et des étudiants, et pas du tout sur les fonctionnaires. À la rencontre en octobre les parties ont préparé une série de variantes de compromis dans cette question et, probablement, l'obstacle sera surmonté.

lundi 17 septembre 2012