Le traité entre l'Italie et la Russie

Le traité entre l'Italie et la Russie

Au cours des consultations russes-italiennes d'ayant lieu au début de décembre à Rome, le Président de la Fédération de Russie Dmitri Medvedev et le premier-ministre de l'Italie Silvio Berlusconi ont examiné une série de questions liées avec l'élargissement de la coopération de deux pays.

Pendant les consultations internationales on signait une série des accords abordant de différents domaines : de l'énergétique à tourisme.

D'après les résultats des négociations on concluait 18 accords intergouvernementaux. En particulier, comme communique « InoSmi », la compagnie italienne Alitalia et « Aeroflot » russe ont signé l'accord, qui permettra d'organiser les vols communs que contribuera à l'amélioration du trafic aérien entre les pays.

Encore un accord était conclu entre Finmeccanica et la corporation d'État « Rosstechnologii » sur la création commune de l'entreprise de la production des systèmes civils de la sécurité.

La compagnie Tecnimont a signé le contrat avec le coût de 650 millions d'euro. La compagnie à Tobolsk va construire l'usine selon la déshydrogénation de propane.

Outre cela la Russie et l'Italie ont négocié la coopération dans le domaine de la construction du chemin de fer russe, qui durera de la Chine à l'Europe de l'Est et deviendra le plus long chemin de fer du monde.

On atteint aussi les accords dans le domaine de l'énergétique, de l'écologie et de l'économie. Il est difficile de surestimer l'importance de la coopération de telle sorte : l'échange de marchandises entre les pays augmente beaucoup : malgré la crise, il s'est levé de 23,9 milliards d'euro à 25,6 milliards d'euro par an.

Le tourisme et le problème du développement mutuel de la branche sont devenus un important sujet examiné au cours des négociations. Comme le chef du Ministère des Affaires étrangères de l'Italie Franco Frattini a déclaré à la chaîne de télévision Russia Today, Rome apportera, probablement, la proposition sur la possibilité du déplacement sans visa des russes sur le territoire de la CE en 2010. Comme a expliqué Frattini : « Auparavant ce problème se décidait selon le principe de l'unanimité, de sorte que n'importe quel pays mécontent avait le droit de veto. Mais maintenant les questions du régime de visa se décideront par la majorité renforcée des voix ».

À la rencontre Dmitri Medvedev et Silvio Berlusconi ont examiné la possibilité de l'allégement du régime de visa entre la Russie et l'Italie. La signature de l'accord dans le domaine du tourisme était annoncée à la conférence de presse commune des leaders de deux pays. Berlusconi a souligné : « On va délivrer les visas avec la facilité ». Aussi le premier-ministre a marqué le niveau d'information insuffisant des Italiens et des Russes selon les possibilités touristiques des pays-partenaires.

Le sujet du niveau d'information insuffisant est devenu principal sur la table ronde consacrée aux relations russes-italiennes. Le journal « Moscou du soir » cite les mots du président ВАО « Intourist » d'Alexandre Arutjunov sur ce que jusqu'à 95% des Italiens viennent à la Russie avec les buts culturels. Cependant les peu d'eux viennent une seconde fois. Et le visa en Russie ici, peut-être, le problème n'est pas le plus grand. « Il nous est nécessaire d'élargir la règle de produit, accorder les nouvelles possibilités du repos d'excursion, – Arutjunov a marqué. Ainsi, le tour présenté à l'exposition WTB à Londres « la Russie de trois capitales », qui insère le voyage à Moscou, à Saint-Pétersbourg et à Kazan a gagné à la fois une grande popularité.

Pour la progression des possibilités touristiques des pays et la formation de l'image attrayante de la Russie et de l'Italie chez les citoyens, par information de Rostourism, l'année de la culture et de la langue russe en Italie et l'année de la culture et de la langue italienne passera en Russie en 2011.

Pour cette année on planifie la variété des mesures, y compris dans le domaine du tourisme.

mardi 15 décembre 2009